Fiam Stories

Pourquoi la figure du Product Manager pour une ligne de produits, est-elle si importante pour les clients ?

Depuis quelque temps, un PM a rejoint l’équipe de Fiam qui s’occupe exclusivement de la gamme des moteurs pneumatiques. Nous essayons de comprendre avec lui les avantages que les clients ont trouvé dans le rapport avec cette nouvelle fonction qui, dans les entreprises, joue de plus en plus un rôle clé dans le domaine du Produit/Service.

Nicola Pellizzari, allons droit au but : pourquoi avoir recours à un Product Manager pour suivre la gamme des moteurs pneumatiques Fiam ?

Il est nécessaire de présenter préalablement la situation pour la comprendre. Fiam a toujours été identifiée comme une entreprise leader dans le domaine du vissage industriel et des moteurs pneumatiques – une activité très importante pour Fiam. Cependant, ces produits sont utilisés dans des marchés et des applications très différents par rapport à ceux du vissage industriel habituel. D’où la nécessité de suivre et de superviser plus étroitement les secteurs qui utilisent des moteurs pneumatiques, leur évolution et les nouvelles exigences de production. Après une année d’étude de ces nouveaux marchés, je peux dire qu’il existe de nombreuses entreprises de production, situées dans le monde entier, qui opèrent dans des secteurs très diversifiés : par conséquent, il existe un potentiel très élevé, aussi bien pour nous en termes de développement que pour les clients en termes de service, un service celui de Fiam que – je suis prêt à parier – ces clients trouveront vraiment efficace et pour de bonnes raisons.

Dans quels secteurs les moteurs pneumatiques sont-ils utilisés ?

Le moteur pneumatique est utilisé dans de nombreux secteurs et est choisi par les concepteurs précisément en raison de ses caractéristiques techniques spécifiques. Parmi les principales caractéristiques, on trouve sans aucun doute l’absence d’électricité et la certification Atex, qui permettent de travailler sur des applications antidéflagrantes. De l’industrie du papier aux lignes de remplissage automatique pour les produits hautement corrosifs et inflammables, en passant par les robots adaptés au nettoyage des environnements dangereux, le moteur pneumatique est un élément fondamental et sûr pour la manipulation de certaines parties des machines utilisées dans ces domaines.

En outre, les moteurs pneumatiques, par rapport aux moteurs électriques de puissance égale, ont des dimensions globales beaucoup plus petites, ce qui les rend parfaitement adaptés pour une utilisation dans des applications manuelles qui actionnent des outils de toute sorte : des outils pour l’agriculture et le jardinage, aux outils pour couper les textiles ou aux outils industriels professionnels pour la transformation de la viande. Dans l’industrie alimentaire plus précisément, toujours en raison des caractéristiques dimensionnelles, de la résistance et de la construction avec des matériaux tels que l’acier inoxydable ou les plastiques alimentaires, les moteurs pneumatiques sont utilisés dans des machines spéciales pour l’emballage des aliments.

Quelles sont les applications les plus récentes et les plus innovantes du moteur pneumatique ?

Aujourd’hui, où l’optimisation de l’énergie, quelle qu’elle soit, est un aspect essentiel, le moteur pneumatique est de plus en plus utilisé dans les systèmes hybrides, à savoir ceux qui intègrent à la fois l’énergie fluide (air comprimé) et l’énergie électrique ou thermique. Dans ces systèmes de manutention de dernière génération – par exemple, les véhicules à moteur ou d’autres moyens de transport – où l’air régénéré à partir des systèmes d’évacuation ou de bouteilles à haute pression, est récupéré, les moteurs pneumatiques sont utilisés aux côtés du moteur thermique traditionnel. 

Quelles sont les attentes des clients par rapport à un Product Manager qui est souvent identifié comme l’homme à tout faire ? Que pouvez-vous nous dire de votre expérience ?

Oui, cela fait sourire car généralement, le PM est celui vers qui on se tourne dans l’entreprise lorsque l’on ne sait pas qui appeler. C’est peut-être une définition un peu stéréotypée, issue de l’imagination collective, mais je peux vous assurer qu’elle est en partie vraie également et qu’elle se vérifie quotidiennement dans mon travail.

Pour moi, le Product Manager est le trait d’union entre la partie technique et la partie commerciale, et parfois ce rôle s’ajoute à celui de Project Manager, par exemple dans le cas de moteurs sur mesure conçus pour des clients spécifiques où Fiam a une longue tradition de succès en la matière.

J’aime également considérer le Product Manager comme le « PDG » du produit : une figure flexible qui assume parfois le rôle d’un technicien commercial actif sur le terrain pour définir les spécifications du produit avec le client.  Une figure qui rapporte les informations nécessaires et utiles aux techniciens pour définir de nouveaux produits plutôt que les améliorations à apporter aux produits existants, une figure qui étudie la concurrence: ce sont les activités qui complètent la liste des actions clés que je programme pendant ma semaine de travail.   

Il y a également ceux qui attendent de vous que vous soyez un super-technicien vers qui se retourner en cas de problème. Avez-vous rencontré ce type d’exigence ?

Non, ce n’est pas mon cas. La société Fiam étant dotée d’une ÉQUIPE d’ingénieurs dédiés uniquement à cette gamme de produits, les clients savent que ces ingénieurs sont ceux qui disposent des compétences techniques nécessaires pour personnaliser le moteur ou concevoir une solution personnalisée à partir de zéro. Je reste le facilitateur, celui qui porte plusieurs casquettes en même temps, même celle du client.  Et je le fais avec des concepteurs, mais également avec des techniciens de laboratoire lorsqu’il s’agit de tester les performances de moteurs de conception nouvelle, ou avec l’industrialisation/le prototypage lorsqu’il s’agit de solutions faites sur mesure, qui impliquent l’utilisation de matériaux spécifiques ou de techniques de construction spéciales.

Par conséquent, quelle est donc votre valeur ajoutée ?

Je crois que ma valeur ajoutée est quelque chose de presque intangible mais de très important : en plus de définir une stratégie sur le plan opérationnel, de collecter les besoins, de les communiquer à l’équipe, de connaître et de continuer à étudier les points forts et les points faibles de la concurrence, de définir les activités, de donner la priorité, de les contrôler, je suis également un observateur  attentif de tous les acteurs internes et externes : clients et techniciens. Cela m’aide à avoir une vision plus large des différentes situations et souvent, je peux trouver des solutions alternatives et avec une valeur ajoutée que souvent, ceux qui sont plongés dans la recherche d’une solution du problème spécifique, ne peuvent pas identifier.

Vous souhaitez approfondir certaines exigences de production liées aux moteurs pneumatiques avec Nicola Pellizzari ? Contactez-le directement ici: npellizzari@fiamgroup.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *