Fiam Academy

Comment réduire le risque de vibrations et de contrecoup sur le système main-bras

 

Tous ceux qui utilisent une visseuse sur une ligne de montage savent combien il est important de travailler avec des outils ergonomiques pour la sauvegarde et la sécurité de l’ouvrier sur le lieu de travail ; cela est également nécessaire pour réduire les rejets et diminuer le nombre d’arrêts de production, mais aussi pour améliorer le standard du produit fini du point de vue de la qualité. Dans cet article, nous expliquerons comment réduire le risque de vibrations et de contrecoups sur le système main-bras.

Les vibrations et les contrecoups sont des facteurs de risque qui persistent dans de nombreux milieux de la production et nos clients, attentifs à la santé de leurs ouvriers, nous ont souvent demandé des informations approfondies afin de pouvoir faire face à cette question. Voyons cela de plus près.

Les causes du risque de vibrations sur le système main-bras

Les visseuses, comme la majeure partie des machines portatives, sont des sources de vibrations. Le Décret Législatif italien n° 81/2008 donne la définition suivante pour les « Vibrations transmises au système main-bras » : « Vibrations mécaniques qui, si transmises au système main-bras de l’homme, comportent un risque pour la santé et la sécurité des ouvriers, en particulier des troubles vasculaires, ostéo-articulaires, neurologiques et / ou musculaires ». Cette catégorie est souvent désignée sous le sigle HAV, pour l’anglais « Hand-Arm Vibration ».

Les principaux effets de l’exposition du système main-bras à des vibrations incluent des lésions vasculaires ou neurologiques entraînant la perte progressive de sensibilité dans une ou plusieurs phalanges.

Solutions au risque de vibrations pour le système main-bras

Pour réduire le risque de vibrations au système main-bras, il est possible d’opter pour des visseuses à coupure automatique d’air ou de courant électrique d’alimentation offrant des niveaux de vibration inférieurs à 2,5 m/s², ce qui représente la limite fixée par l’art. 201 du Décret Législatif italien n° 81/2008 mentionné plus haut.

Comment ces visseuses fonctionnent-elles ? Elles coupent l’air d’alimentation du moteur pneumatique ou, pour les visseuses électriques, le courant d’alimentation, lorsqu’un couple pré-défini a été atteint.

Il ne faut pas oublier que l’utilisation d’un embrayage à arrêt automatique de pointe technologiquement parlant peut, dans certaines conditions, réduire le niveau des vibrations bien en-deçà de 1 m/s2 : en sus de la diminution de la source de vibrations, il convient également de souligner que le temps d’exposition est considérablement réduit et est d’environ quatre fois inférieur au temps d’exposition relevé avec des visseuses à crabots par exemple.

Vous pouvez approfondir ces questions techniques en lien avec la règlementation en vigueur dans notre manuel sur l’ergonomie et la sécurité dans les opérations industrielles de vissage (disponible en italien).

Les causes du risque de contrecoups sur le système main-bras

Lorsqu’une visseuse a fait son travail et a atteint le couple pré-réglé, cela peut provoquer des réactions de la part de l’outil, surtout en cas de couples de serrage élevés. Ces réactions peuvent provoquer un contrecoup sous la forme d’une surcharge sur la main et le bras de l’ouvrier, surcharge qui peut endommager les muscles et les tendons à la longue. Ces contrecoups impliquent souvent des mouvements brusques du système main-bras et un usage excessif de la force par l’ouvrier pour y répondre.

Comment prévenir ce phénomène ?

Solutions au risque de contrecoups pour le système main-bras

En plus de l’usage déjà conseillé de visseuses avec embrayage mécanique à arrêt automatique ui annulent la force d’inertie en interrompant instantanément la transmission entre la lame et les organes rotatifs, employer des poignées auxiliaires en présences de couples de serrage élevés est l’option la plus efficace lorsqu’on veut réduire le contrecoup sur le système main-bras, l’un des facteurs de risque les plus diffus.

Dans ce type de cas, on peut utiliser un accessoire Fiam conforme à la norme ISO 11148-6 qui recommande, en présence de couples supérieurs aux 4 Nm pour les outils droits, et aux 10 Nm pour les outils à poignée pistolet, l’emploi d’une poignée auxiliaire permettant de réduire la réaction de contrecoup en la déchargeant sur les deux mains au lieu d’une seule.

Au-delà des poignées auxiliaires : bref guide aux autres accessoires pour la santé du système main-bras

Nous abordons maintenant brièvement les principales caractéristiques des autres solutions ergonomiques qui, employées en association avec les outils portatifs, comportent des avantages importants pour les ouvriers pendant les activités de montage.

Bras télescopiques. Ils annulent complètement la réaction dans la main et garantissent une grande maniabilité et une totale liberté d’action pour les raisons suivantes :

  • ils absorbent le contrecoup de l’outil
  • ils permettent à l’outil de tourner sur son axe et, donc, de travailler correctement même sur des opérations de vissage en inclinaison

Bras cartésiens. Des solutions qui :

  • éliminent les contrecoups dans la main de l’ouvrier
  • annulent l’usage de la force pour soutenir l’outil
  • réduisent considérablement, voire annulent, les vibrations
  • permettent de garder l’outil en position pratiquement droite par rapport au point de travail

Voulez-vous recevoir d’autres informations sur ces solutions ? Vous pouvez vous adresser directement au Service Technique Fiam en laissant un commentaire ci-dessous ou en utilisant le formulaire de contact sur notre site.

Lascia un commento

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *